[Série du Ramadan] I’tikaaf : La Retraite Spirituelle


Par Ahmed El-Shaf’ei

Nous revoici à cette période de l’année, nous demandant ce qu’est cette retraite spirituelle appelée « i’tikaaf ». Voici les réponses aux rumeurs qui courent !

Qu’est-ce que l’i’tikaaf?

Il s’agit de passer son temps dans une mosquée, pendant une période donnée, en prières, supplications, lecture du Coran et invocations et de se déconnecter des préoccupations terrestres. ‘Aïsha (qu’Allah soit Satisfait d’elle) disait :

« Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) faisait l’i’tikaf  durant les dix derniers jours de Ramadan jusqu’à ce qu’Allah le fasse mourir puis ses épouses ont fait l’i’tikaf après lui. » [Boukhâri]

L’i’tikaaf est une Sounnah ; cen’est pas obligatoire à moins d’en avoir fait la promesse, auquel cas l’obligation de la remplir nous incombe. Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait : « Quiconque promet d’obéir à Allah, laisse-le Lui obéir, et quiconque promet de Lui désobéir, ne le laisse pas désobéir. » [Boukhâri]

Conditions de l’i’tikaaf

Quelles sont les conditions de l’i’tikaaf ? Est-ce qu’il faut jeûner ? Est-il permis à une personne en état d’i’tikaaf de rendre visite à un malade, d’accepter une invitation, de répondre aux besoins de sa famille, d’assister à des funérailles ou d’aller au travail ?

1. Rester à la Mosquée : la Sounnah pour le mu’takif (la personne qui fait l’i’tikaaf) est de ne pas se préoccuper de quoi que ce soit qui se passe à l’extérieur de la mosquée, car il a été rapporté que ‘Aïsha (qu’Allah soit Satisfait d’elle) a dit :

 » La Sounnah veut que celui qui effectue la retraite spirituelle ne se rende pas au chevet d’un malade, ne participe pas à un enterrement, ne caresse pas une femme et n’ait pas de rapports intimes avec elle et ne quitte sa place que pour une nécessité absolue. » [Abou Dawud].

La phrase « que pour une nécessité absolue » veut dire qu’il ne faut sortir à moins que ce soit pour aller dans une maison pour chercher quelque chose de nécessaire à cette retraite, ou dans un cas d’urgence.

• L’imam Ibn Qoudâmah a dit: “Les nécessités absolues du mu’takif sont, par exemple, le fait de faire ses besoins, car c’est un acte naturel. De la même manière, il a besoin de manger et de boire. Si personne ne peut lui apporter de quoi s’alimenter ou s’abreuver, alors il peut sortir s’il en a besoin. Pour quoi que ce soit qu’il ne puisse pas faire dans la mosquée, il peut en sortir, et cela n’invalide pas l’i’tikaaf, tant qu’il ne tarde pas trop pour le faire. » Les savants ont dit que si le mu’takif sort pour travailler, ceci invalide sa retraite.

2. Une autre condition de l’i’tikaaf est de ne pas avoir de relations intimes avec sa femme.

3. Bien que rester chez soi et se dévouer à l’adoration est un acte louable, le concept même d’i’tikaaf et sa conditions sine qua non est qu’il doit se faire à la mosquée.

4. Purifiez votre intention – l’i’tikaaf doit être uniquement de l’adoration, sans aucune préoccupation pour les affaires de la dounia. Pourtant, je remarque que beaucoup de ceux qui sont en i’tikaaf sont occupés à pianoter sur leurs téléphones et à discuter d’affaires de la dounia.

Quel est l’objectif de l’i’tikaaf?

L’i’tikaaf est comme une course intense vers l’éducation spirituelle qui apporte immédiatement des résultats positifs dans les journées et les nuits de Ramadan, et dans toutes les journées suivantes jusqu’au prochain insha’Allah : il faut tenter de saisir cette opportunité.

Malheureusement, beaucoup de musulmans ont négligé l’i’tikaaf comme tant d’autres actes de la Sounna, et ceci pour plusieurs raisons :

a)      la faiblesse de leur foi ;

b)      leur manque de connaissances ;

c)      l’emprise des plaisirs terrestres : ces désirs poussent les gens à s’éloigner des actes de sounnah, même pendant une courte période ;

d)      l’attachement à la dounia : certains ne veulent pas faire l’effort de se discipliner pour l’i’tikaaf, par manque d’intérêt pour l’Au-delà, la demeure éternelle et par amour pour le confort et les distractions de cette vie, même en sachant qu’ils risquent de manquer la satisfaction d’Allah Ta’ala en faisant cela ! Quiconque comprend le caractère éphémère de ce monde et la signification du Paradis et de ses délices, n’hésitera pas à sacrifier cette vie.

e)      beaucoup de gens clament l’amour du Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) sans le ressentir, sans agir en conséquence et sans honorer divers aspects de la Sounnah comme l’i’tikaaf par exemple. Pourtant, Allah nous rappelle :

 » Vous avez, dans le Prophète de Dieu, un si bel exemple pour celui qui espère en Dieu et au Jugement dernier, et qui évoque souvent le Nom du Seigneur. » [33:21]

L’objectif principal dans la retraite du Prophète était de rechercher la nuit du Destin et de passer ses nuits en adoration. Il faisait cela pour les immenses bienfaits de cette nuit dont Allah dit :

 » La nuit de la Destinée vaut plus que mille mois réunis (ce qui signifie qu’adorer Allah cette nuit est mieux que de l’adorer mille mois, c’est-à-dire 83 ans et 4 mois) » [97:3]

Dans un long hadith rapporté par Abou Sa’id Al Khoudri, il est dit que le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a cherché cette nuit avant même qu’on ne lui dise quand elle se trouvait, il commençait les dix premières, puis les dix du milieu, et continuait l’i’tikaaf les dix dernières nuits, jusqu’à ce qu’il soit informé qu’elle se trouvait les dix dernières nuits. C’est l’effort le plus remarquable dans la quête de Laylatou-l-Qadr.

Quels sont les autres bienfaits de l’i’tikaaf?

1. Être seul avec Allah (gloire et pureté à Lui) et se dévouer entièrement à Lui. Se concentrer complètement pour Lui par le souvenir et l’adoration (prière, dou’a, dhir, fikr, lecture du Coran, renouveler sa foi et purifier son âme)

2. Protéger son jeûne de tout ce qui pourrait l’affecter comme les tentations ou les désirs.

Quelles sont les récompenses de l’i’tikaaf?

Beaucoup de ahadith nous encouragent à nous rapprocher d’Allah en effectuant des actes d’adoration surérogatoires et l’un de ces actes est l’i’tikaaf.

• Dans un Hadith Qudsi, Allah (gloire et pureté à Lui) dit :

 » Mon serviteur ne s’approche de Moi que par ce que J’aime le plus, par les devoirs religieux que je lui ai enjoint, et Mon serviteur ne cesse de se rapprocher par des œuvres surérogatoires jusqu’à ce que je l’aime. Quand je l’aime, Je suis l’oreille par laquelle il entend, l’œil par lequel il voit, la main par laquelle il frappe et le pied avec lequel il marche. Qu’il Me demande [quelque chose], et Je lui donnerai sûrement, et qu’il Me demande refuge, Je le lui accorderai sûrement. » [Boukhâri]

L’i’tikaaf peut consolider votre Ramadan et vous mettre sur un chemin rempli de bonnes actions, de purification et de dévotion le restant de l’année… êtes-vous prêt à relever le défi ? Dix jours sont-ils trop longs en échange d’une récompense éternelle bi’ithnillah ?

A propos de l’auteur :

Ahmad El-Shaf’ei a étudié l’Islam à l’Université Anglaise d’Al-Azkhar et a également étudié dans d’autres institutions du Caire en Egypte. Il aime écrire des conseils qui dévoilent la simplicité et la praticité de l’Islam pour montrer qu’elle est la clé de la réussite à notre époque moderne. Il espère que la Oummah pourra redevenir aussi flamboyante qu’elle l’a été.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *