Qualités du parent musulman productif Article 4 – La préadolescence (10-12 ans)


Par Cyrille

Article no : 4 – La préadolescence (10-12 ans)

 À la préadolescence, le jeune musulman devient capable de faire la différence entre le bien et le mal dans beaucoup de situations différentes mais garde bien entendu un fort besoin d’attention de la part de ses parents. Il se définit aussi de plus en plus par rapport aux groupes d’amis qu’il côtoie en dehors de la famille. L’acceptation par le groupe devient un souci plus marqué durant cette période.

À cet âge, le parent musulman continue l’apprentissage des fondements de la religion. L’apprentissage des noms et attributs d’Allah permet de faire grandir l’amour de l’enfant pour Dieu. En parallèle, l’enfant peut continuer à apprendre le Coran. Cet apprentissage se fait à deux niveaux.

La priorité doit être donnée à l’apprentissage du sens des versets et l’impact qu’ils doivent avoir sur la vie du musulman. Le parent continue d’aborder plus en profondeur les concepts coraniques ayant trait au bon comportement, aux interdictions et aux choses licites.

En second lieu, l’enfant apprend à réciter correctement le Coran. Il peut introduire dans ses prières les versets qu’il connaît.

La prière devient une habitude bien ancrée. Le parent doit continuer de s’assurer que l’enfant prie les cinq prières, au moment voulu, et mettre l’accent sur la signification de la prière. Pour les musulmans non arabophones, il faut veiller à ce que l’enfant comprenne les mots et les gestes qu’il exécute pendant la prière, pour qu’elle ne devienne pas un rituel dénué de sens et une corvée.

Le jeune musulman peut aussi se concentrer sur un autre pilier de l’islam, le jeûne. Là encore, l’introduction au jeûne doit se faire de manière progressive et ludique. Le jeûne commencera par des temps de la journée (2-3h) puis des demi-journées, puis enfin des journées complètes. Le parent pourra accrocher un planning mural dans la chambre de son enfant pour mettre en valeur les progrès de l’enfant.

L’enfant devient plus absorbé par le groupe d’amis. C’est un âge où il peut sembler que l’enfant commence à se détacher de ses parents, à avoir ses secrets qu’il veut garder. Pour le parent, cela peut être un peu déroutant si on ne s’y attend pas. Durant cette période il est bien évident que le parent doit connaître les amis de son enfant, le guider vers des relations amicales productives, et le protéger d’amitiés nocives. Poser des questions à son enfant permet de lui apprendre à discerner les bons comportements des moins bons, sans poser un jugement sur la personne, et à choisir des amis qui exerceront une bonne influence.

C’est aussi la période où l’on donner plus de responsabilités à l’enfant et lui inculquer le sens de l’effort et du service, tout en tenant compte de la capacité limitée de l’enfant à être toujours digne de confiance. Le hadith qui suit met bien l’accent sur une approche douce de l’approche éducative par le Prophète.

« Rapporté par Anas : J’ai été au service du Prophète (pssl) pendant dix ans et il ne m’a jamais dit « ouf : (un mot ou un soupir exprimant l’impatience), pas plus qu’il ne m’a fait de reproches en me disant : « Pourquoi as-tu fait cela ? » ou « Pourquoi n’as-tu pas fait cela ? ». » (Al Boukhari)

En résumé :

  • Faire le lien entre l’apprentissage du Coran et la prière
  • Commencer la pratique du jeûne
  • Donner des responsabilités à l’enfant en tenant compte de ses limites.

Pour approfondir

La prière du Prophète, décrite du commencement à la fin comme si vous la voyiez (Al-Albani M. N., 2004, Dar Al-Athar)
La description de la prière du Prophète (Al-Albani M. N., 2003, Al Mareef)
Élever son enfant, 6-12 ans (Rufo M., Melrieu P., Schilte C., Leroy P., 2009, Hachette Pratique)

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *