Comment surmonter la peur – frein à la productivité


Par Amal Stapley,

Si  vous avez déjà accepté de prendre part à un projet qui vous dépasse – votre supérieur vous a confié un nouveau dossier, ou vous avez voulu rendre service à quelqu’un d’exigent – alors vous savez peut-être déjà quels effets la peur et l’angoisse peuvent avoir sur votre productivité.



En fonction de votre personnalité, l’angoisse peut affecter vos performances de deux manières 

  • Vous êtes de ceux qui aiment les défis, ce qui affutera votre capacité à analyser la situation : déterminer les ressources qu’il vous faut, estimer le temps nécessaire à l’accomplissement de la mission et s’atteler à la tâche en se motivant.
  • A l’instar de nombreuses personnes, vous pourriez perdre pied face à un défi, ne plus contrôler vos émotions et vous laisser aller à des pensées négatives. Vous vous sentez alors dépassé voire même impuissant.

Si vous faites partie de la deuxième catégorie, vous doutez de vos compétences et de vos capacités à accomplir votre mission comme il se doit ou dans les délais. Vous aurez peut-être peur d’accepter le jugement des autres et vous vous demanderez comment concilier votre mission avec toutes vos autres tâches. Vous vous imaginerez le pire en pensant aux conséquences qui vous attendent si vous faites mal votre travail.

Lorsque l’angoisse fait surface, les gens réagissent, généralement, de deux façons différentes 

1) La Procrastination

Lorsque l’angoisse vous envahit, vous aurez tendance à procrastiner. Vous chercherez la moindre excuse pour délaisser votre projet : le repassage, par exemple, peut soudainement devenir une urgence, ou vous vous mettrez à trier la paperasse entassée depuis des lustres dans vos tiroirs. Ces tactiques de fuite ne font qu’aggraver la situation et accentuer l’angoisse et la peur. Vous finirez par bâcler votre travail et serez mécontent du résultat.

2) Le Perfectionnisme

L’une des autres réactions types consiste à faire traîner le projet en longueur dans l’espoir d’atteindre la perfection, en vérifiant encore et encore chaque point dans les moindres détails. Vous en ferez tellement que vous dépasserez la date limite et vous serez déçus de ne pas avoir pu terminer à temps.

Comment gérer la pression ?

Si vous souhaitez éviter ces deux types de situations, voici quelques conseils utiles inchaAllah :

1) Tournez vous vers Allah

Si vous avez des soucis concernant un nouveau projet, accordez-vous quelques instants pour invoquer Allah :

« O Allah, je cherche refuge auprès de Toi contre les soucis et la tristesse » (Bukhari)

Invoquez Allah du fond du cœur et consultez également les invocations à dire en cas de tristesse, d’affliction et d’angoisse, répertoriées dans « La Citadelle du Musulman ».

2) Méfiez-vous des chuchotements du Diable 

Évitez de céder et de vous laisser décourager par votre projet.  Souvenez-vous que

«Rien ne nous atteindra, en dehors de ce qu’Allah a prescrit pour nous.»[Sourate du Repentir (At-Tawba) 9:51].

Avoir peur ne changera pas grand chose, donc  faites de votre mieux, et ayez confiance en Allah.

3) Combattez les pensées négatives

Si vous avez un doute ou des inquiétudes concernant votre capacité à accomplir le travail, vous aurez du mal à avancer. Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais il est impératif de combattre les pensées négatives. Demandez-vous pourquoi vous ne croyez pas en votre réussite, au Nom de Dieu et de sa Miséricorde. Prenez du temps pour creuser au fond de vous-même et découvrir ce sur quoi vos pensées négatives sont vraiment fondées.

Quelle est la pire des choses qui puisse arriver lors de l’accomplissement de ce projet?

– Quelle est la probabilité que cela se produise ?

– Ces pensées négatives sont-elles rationnelles ?

Penser au pire des scénarios possible vous aidera peut-être à réaliser que tout n’est pas si difficile que ça..

Si vous avez du mal à déterminer la source de vos craintes et inquiétudes, consultez un conseillé habilité, un amie proche ou un coach.

1) Déstressez

Si les pensées négatives sont une source de stress, essayez de vous calmer en faisant ceci : respirez profondément, promenez-vous dans la nature pour vous éclaircir les idées, réciter ou bien écouter le Coran, et invoquez Allah Soubhanahou Wa Ta’al.

«Absolument, en se souvenant de DIEU, les cœurs se réjouissent.» [Sourate le Tonnerre (Al-Ra’d) 13:28]

2) Listez vos priorités

Une fois que vous vous sentez plus calme et serein, vous pouvez commencer à élaborer une stratégie en vue de vous débarrasser de votre angoisse.

Si vous vous occupez de plusieurs choses à la fois, asseyez-vous et déterminez quelles sont vos tâches prioritaires. Certains trouvent la méthode ABC particulièrement efficace. Parcourez l’ensemble de vos tâches et assignez-leur une catégorie :

“A”: les tâches qui sont  urgentes et importantes
“B”: les tâches importantes mais qui ne sont pas urgentes
“C”: les tâches qui ne sont ni urgentes, ni importantes

Puis, concentrez-vous tout d’abord sur les tâches figurant dans la catégorie “A”.

3) Élaborez un plan de travail    

Plutôt que d’angoisser à l’idée de ne pas finir à temps, dressez un plan de travail avec des délais plus courts, et pensez à prévoir un plan de secours en cas d’imprévu. Le « Taskinator » du MusulmanProductif peut s’avérer utile à cet égard. Vous pouvez y noter  les tâches  que vous  vous êtes engagé à faire. Toutefois, si les choses ne se passent pas comme prévu, vous pouvez, tout simplement, réévaluer et redéfinir  vos stratégies, puis poursuivre dans votre lancée.

4) Faites quelque chose de »suffisamment bien”

Donnez le meilleur de vous-même et

« Et faites le bien. Car Allah aime les bienfaisants. » [Sourate La Vache (Al-Baqara) 2:195]

Toutefois, vous devez rester réaliste et prendre en considération le temps, les compétences et les ressources dont vous disposez, pour atteindre un résultat à la hauteur de vos moyens. Visez l’excellence et non la perfection. Faites de votre mieux.

5) Concentrez-vous sur la tâche à accomplir

Au lieu de ruminer vos soucis, tournez-vous vers Allah Soubhanahou Wa Ta’ala, consacrez-vous à votre tâche et mettez-y toute votre énergie. Vous verrez qu’après avoir pris un bon départ, les pensées négatives se dissiperont rapidement parce que vous ne céderez plus aux suggestions de Shaytan.

Le Prophète (Que la Paix soit sur lui) a dit : « Le Croyant fort est meilleur et plus aimé par Allah que le Croyant faible et dans les deux il y a un grand bien. Recherche avec énergie tout ce qui te fait du bien, demande aide à Allah et ne faiblis jamais. Si un malheur te touche ne dis pas : “Si j’avais fait telle chose, il ne m’aurait pas touché”, mais dis : “Allah en a prédestiné ainsi et, ce qu’Il a voulu, Il l’a fait”, car le mot “si” ouvre la voie à l’œuvre de Satan” » (Rapporté par Mouslim).

 

A propos de l’auteur :

Amal Stapley est coach de vie pour femmes musulmanes et fondatrice de «CoachAmal». A travers son projet «SuperMuslimah» (Coachamal), elle fait de son mieux pour aider, motiver et encourager les femmes musulmanes  à avancer dans la vie en toute sérénité. Elle a embrassé l’Islam en 1992, puis a effectué des études à l’Université Islamique Internationale de Malaisie, sanctionnées par des diplômes en psychologie et en études islamiques. Par ailleurs, elle a travaillé avec des organisations islamiques aux Etats-Unis et en Egypte, avant de rentrer chez-elle et poursuivre ses activités dans son pays natal, le Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *