La générosité : une partie intégrante de l’Islam


Par Abou Productif

Un de mes amis m’a récemment demandé : « pourquoi je n’arrive pas à voir l’amour et la paix, alors qu’il y a tant de gens pieux ? Est-ce que la religion ne concerne que la relation avec le Créateur et non Ses créatures ? »

Il fallait que je dissipe tout malentendu en expliquant que prendre soin des créatures d’Allah (Soubhanahou Wa Ta’ala) fait partie intégrante de l’Islam. En remplissant ce devoir, nous renforçons notre relation avec le Créateur. Malheureusement, combien d’entre nous considèrent les bonnes manières et la gentillesse comme un acte d’adoration ? Pourquoi avons-nous laissé la haine, la jalousie, l’apathie, la division, la colère, l’impatience et la dureté s’emparer de nous ?

Nous sommes en total contradiction avec le Prophète (Paix et Bénédictions soient sur lui) qui était décrit comme doux, patient, aimable, altruiste et toujours souriant. Ainsi, on peut facilement apprécier le sens de la générosité en Islam.

Voyons ensemble quelques manières simples de montrer votre affection aux autres inchaAllah.

Les saluer chaleureusement

En saluant les personnes du même sexe, nous devrions les regarder dans les yeux et les saluer comme il se doit. Notre salutation doit être accompagnée d’une accolade ou au moins d’une poignée de mains ferme, la sounnah du sourire et toute notre attention.

Montrer un intérêt sincère

Si vous interagissez avec une personne individuellement, vous constaterez que chacun a son lot de problèmes, que ce soient d’ordre financier, des complications de santé, des discordes dans le couple ou des problèmes à l’école ou au travail. Pendant une telle période, nous cherchons uniquement l’aide d’Allah, mais c’est toujours agréable d’avoir un(e) ami(e) pour vous écouter et vous conseiller.

Par conséquent, nous devrions trouver un peu de temps dans nos agendas pour écouter les autres. Il est en effet déplorable que même les musulmans pratiquants soient tellement occupés à « chercher le savoir » ou à « propager le message de l’Islam », qu’ils délaissent les autres obligations. Une fois, des musulmans pratiquants se sont, même, trouvés plusieurs excuses pour ne pas rendre visite à un orphelin hospitalisé ! Mais si un membre de leur famille s’était retrouvé à l’hôpital, aucune excuse ne les auraient retenus, n’est-ce-pas ?

Nous devons absolument mettre en application le savoir que l’on cherche à acquérir. Prenez les appels et répondez aux messages, selon l’urgence. Si vous ne savez pas si c’est urgent ou non, vous pouvez toujours contacter la personne et demander. Si ça n’est pas urgent, expliquez que vous avez un impératif. Mettez également un point d’honneur à visiter les malades – les bienfaits sont innombrables, SoubhanAllah : vous aurez 70 000 anges qui feront des dou’a pour vous bi idhnillah

Ayez de la compassion

Ne soyez pas rancuniers, ne jugez pas les autres. Nous devons comprendre que les autres traversent peut-être une phase difficile qui les pousse à agir bizarrement. Nous devons accorder aux autres le bénéfice du doute. Il sera plus sage de leur faciliter les choses, au lieu de les affliger de plus de peine et de stress. Et pour les pécheurs ? Demandez à Allah de les guider sur le Droit Chemin. De plus, soyez reconnaissant car c’est

« la grâce qu’Allah vous a faite en vous guidant vers la foi. » [Sourate des Appartement (Al-Hujurât), 49:17]

Faites des dou’a

De nos jours, la dou’a est banalisée. « Fais une dou’a pour moi » est devenue une demande désinvolte. Mais, lorsque l’on répond positivement à cette requête, envisageons-nous vraiment de faire cette dou’a ? Combien d’entre nous ressentent la peine de l’opprimé et de l’affligé, et lèvent leurs mains en formulait de sincères dou’a pour eux, même après les prières obligatoires (sans parler de la prière de tahajjoud) ? Tout comme nous avons besoin des dou’a des autres, nous devrions être généreux en faisant des dou’a pour eux également.

Faites des cadeaux

Qu’on le veuille ou non, nous aimons tous recevoir des cadeaux (et certains d’entre nous aiment également en offrir !) Ceci est une sounnah de notre Prophète (Paix et Bénédictions soient sur lui). C’est également une des façons les plus efficaces d’adoucir le cœur des gens. Rien ne vous oblige à offrir des cadeaux hors de prix ou exorbitants. En choisissant les cadeaux, tenez compte des goûts de la personne (ce qu’elle aime et ce qu’elle n’aime pas) et de ses activités (en dehors du travail).
Rappelez-vous que ce qui est offert avec amour a une valeur unique. Bien qu’une traduction du Coran soit une excellente idée de cadeau, il se peut que ce ne soit pas approprié pour un non-musulman qui ne s’intéresse pas à l’Islam. Dans une telle situation, mieux vaut offrir un livre islamique qui traite de psychologie, tel que « Ne sois pas triste ». Cela pourra susciter chez les autres de l’intérêt pour lire le Coran lorsqu’ils verront les questions psychologiques combinées de manière pratique aux versets de la Divine Révélation. Ils réaliseront que le Coran est parfaitement applicable dans le monde moderne.

Je conclurais par les versets suivants :

« Les croyants ne sont-ils pas des frères ? Réconciliez donc vos frères » [Sourate des Appartement (Al-Hujurât), 49:10]

« Rends le bien pour le mal, et tu verras ton ennemi se muer en fervent allié ! » [Sourate des Versets détaillés (Fussilat), 41:34]

J’espère voir un effet boule de neige bientôt, par lequel la générosité d’une seule personne inspirera un grand nombre d’autres à adopter ce noble comportement qui embellit leur akhlaq (caractère).
Article légèrement basé sur le discours de Sheikh Kamal el Mekki

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *