Comment tisser rapidement des liens au sein de la Oumma


Par Azim Kidwai

Nous sommes en 2002, il fait 35°C, et je suis en route pour mon premier voyage d’affaire loin de chez moi. Ce fut un long voyage ! Partir de Manchester, passer par Doha pour arriver à destination : Male. En plus du décalage horaire, je suis partagé entre un sentiment d’excitation et de nervosité. Il y a environ 17 heures, je disais au revoir à ma mère, et me voici maintenant sur cette petite île au milieu de l’océan Indien, dans la capitale de la République Islamique des Maldives, à écouter retentir l’athan (appel à la prière) pour la prière de Fajr.

Je passe donc par la douane, récupère mes bagages, et me dirige vers la sortie. En m’approchant de la sortie, j’aperçois la mosquée, je m’y arrête donc pour prier puis je rejoins le tourbillon des bateaux-taxis et des vedettes prêts à emmener les voyageurs dans  les différentes îles.

Je monte sur un taxi, apprécie le court voyage jusqu’à l’île puis me dirige directement au bureau. En arrivant, l’idée que je me faisais du  monde du travail en terre musulmane vole en éclats ! L’environnement de travail est mixte et très décontracté, pas un seul frère ne porte la barbe, pas de sœurs en hijab à l’horizon. On m’indique où se trouve mon bureau et m’informe que je peux laisser mes bagages sur place puisqu‘ils n’avaient pas encore eu le temps de me trouver un hôtel.

Je suis sorti acheter un petit déjeuner et chercher un hôtel. Ensuite, je suis retourné au bureau, j’ai récupéré mes affaires, puis repartit à l’hôtel avec une pile de lecture sur l’association où je travaillais.

Alors que j’étais assis dans ma chambre d‘hôtel, après avoir échappé aux nombreuses tentatives d’escroquerie touristique, et observais le vaste océan qui se dessinait devant moi,  je me mis à réfléchir. Qu’est-ce que je fais ici, moi, Azim Kidwai, 22 ans, sans expérience professionnelle dans le secteur de travail avec des enfants handicapés ; qu’est-ce que je suis venir faire à l’autre bout du monde ? Qui suis-je pour les aider ?

A ce moment-là, l’athan pour la prière du Maghreb retentit. Je me dirigeais  presque les larmes aux yeux vers la mosquée, mon cœur était lourd. J’avais le « mal du pays ». L’iqama commençait alors et je me suis dépêché d’entrer dans la mosquée. En m’approchant de la porte, un  frère s’écarta pour me laisser entrer, et la prière commença.

J’ai prié. Après avoir accompli les Sounnah, alors que je faisais le taslim, Abdul Latif (le frère qui m’avait fait de la place) apparût devant moi et dit : « Assalamou ‘aleikoum wa rahmatoullahi wa barakatahu ». Ces doux mots si familiers accompagnés de son sourire rayonnant m’emplirent d’un sentiment d’apaisement, et je répondis à son salut.

S’ensuit une discussion de présentations mutuelles, qui j’étais, ce que je faisais sur cette île, et ce dont j’avais besoin. Peu après, nous étions en route pour diner et rencontrer  d’autres frères. Et voilà que mon mal du pays était guéri !

J’ai vécu les trois mois qui suivirent comme si j’étais chez moi. Les gens me laissaient entrer dans leurs vies, ils m’ouvraient leurs portes et leur générosité. Je n’ai jamais plus pensé à rentrer chez moi après cela.  Comment ça se fait ? Pourquoi ? Eh bien, j’ai trouvé la réalisation concrète de la raison pour laquelle le Messager (paix et bénédictions sur lui) a dit :

« Il y aura sept catégories de personnes qui seront protégés de l’ombre d’Allâh le jour où il n’y aura d’autre ombre que la Sienne : un dirigeant équitable, un jeune qui a grandi dans l’amour d’Allah, un homme dont le cœur est attaché aux mosquées, deux hommes qui s’aiment en Allâh, que Son amour ne les réunit ou les sépare, un homme qu’une femme belle et de haut rang le convie à l’adultère, il lui répond : «Je crains Allâh.», un homme qui fait l’aumône de sa main droite de sorte que sa main gauche ne le sache pas, et un homme qui fond en larmes en mentionnant Allâh dans sa solitude. » (Boukhari et Mouslim)

Il va sans dire qu’aimer une personne en Allah est quelque chose d’extraordinaire, et Allah, le Plus Haut, le Plus Sage, a lié intrinsèquement Sa Protection à ceux qui aiment en Son Nom.

Aimer pour Allah relie les cœurs d’une façon unique. C’est ce qui permet à un Anglais d’origine indienne de se sentir chez lui parmi des gens qui n’ont aucun lien généalogique, linguistique ou culturel avec lui. C’est ce qui permet aux convertis de se sentir plus proches de leurs frères et sœurs en islam que leur propre famille. C’est ce qui permet à deux étrangers de devenir meilleurs amis rien qu’en prononçant les mots : « Assalamou aleikoum wa rahmatoullahi wa barakatuh ». C’est la shahadah qui nous unit.

Mes frères et sœurs, tisser des liens dans la Oumma ne va pas tomber du ciel. Nous n’allons pas nous réveiller un matin et trouver que, waouh, la Oummah est unie. En effet, l’unité, qui est extrêmement importante pour fonder une nation forte et solide, commence par nous-mêmes. Nous devons revoir la manière dont nous regardons le monde et les autres musulmans, et nous devons nous sentir humbles devant l’énormité de la fraternité qu’Allah, le Majestueux, a créé pour ceux qui témoignent de Son Unicité et que le Sceau des Prophètes est Mohammed (paix et bénédictions sur lui).

 « Les croyants ne sont-ils pas des frères? Réconciliez donc vos frères et craignez Dieu, afin de mériter Sa miséricorde. » (Sourate des Appartements (Al-Hujurat), 49 :10)

Il ne fait aucun doute que de véritables et sincères liens émergeront dans cette nation quand nous feront preuve d’humilité devant cette incroyable fraternité dans laquelle nous évoluons.

Le point de départ est d’aimer pour Allah et de détester pour Lui seulement. Alors si vous voulez créer des liens dans votre communauté, que vous voulez créer de l’unité au sein de la Oumma, commencez par vous-même et revoyez vos relations.

Aimez et pardonnez pour Allah, et suivez les conseils de l’Envoyé d’Allah (paix et bénédictions sur lui) qui a dit :

« L’un de vous n’est véritablement croyant que s’il aime pour son frère ce qu’il aime pour lui-même. » [Sahih al-Boukhari et Sahih Mouslim]

Je vous aime en Allah Soubhanahou wa Ta’ala mes chers musulmans productifs. Maintenant, mettons cette oumma en marche…

A propos de l’auteur :

Azim Kidwai est le Directeur Général de Mercy Mission UK.

One Response to Comment tisser rapidement des liens au sein de la Oumma

  1. Al Hamdoullilah!Je demande à tous les nouveaux convertis de rendre grâce à Allah(SWT).Ils vous a guidés sûrement sur le droit chemin .vous avez embrassé la religion de Vérité.Moi-même , je suis passée par là mais dès ma naissance et je continue à me parfaire malgré les critiques que je reçois dès fois sur mes pratiques religieuses.J’ai lu un article qui m’a agréablement touché et venant d’une américaine qui s’est convertie à l’Islam mais qui a du mal à être acceptée par la communauté musulmane surtout au sein des mosquées.Elle a mis des vernis à ongles et s’apprêtait à prier et ces soeurs lui ont demandé de l’enlever et se sont ensuite montrées stupéfaites par le fait qu’elle soit restée célibataire et depuis lors la convertie s’est sentie gênée.Son passage à la mosquée a été ainsi plutôt difficile à bien des égards.Mais vous conviendrez avec moi que ces soeurs musulmanes ont eu raison d’elle en lui recommandant de ne pas mettre du vernis à ongles en tant que musulmane ,en effet ceci est incompatible avec certaines pratiques religieuses comme la prière qui est un acte de dévotion fondamentale; malheureusement peut-être elles auraient ne pas dû la heurter dans sa sensibilité, les termes employés ont été sans nul doute plutôt offensants et c’est regrettable.Le musulman doit en toute occasion se montrer doux et bon à l’égard de son prochain sans l’offusquer pour éviter que l’autre ne se rebelle dans sa religion.Je suis contre aussi les jugements que l’on porte souvent à l’endroit de ceux qui fréquentent les mosquées.Cette dame a été rabaissée sur sa situation matrimoniale car tout musulman est libre de ne pas se marier afin de priviégier son amour envers Allah(SWT), pour essayer de découvrir l’Islam surtout qu’elle est une nouvelle convertie.La mosquée est la demeure d’Allah(SWT) et on ne peut interdire à une personne d’y entrer sauf s’il y a un risque ou un port vestimentaire incorrect.Je tiens aussi à conseiller aux musulmans convertis de poursuivre dans cette direction en lisant beaucoup de livres qui traitent des questions islamiques; faites des recherches, apprenez partout où besoin sera pour avoir une foi pure et sincère car n’oubliez jamais que Satan détestent les gens qui se repentent et qui suivent le droit chemin.Pensez toujours à l’Islam et ayez comme seul guide le Prophète préféré d’Allah(SWT) Mouhammad(PSL).Commencez dès maintenant si vous avez des enfants à leur inculquer la religion islamique pour qu’ils ne se détournent pas de l’Islam car le Prophète Bien-Aimé (PSL) nous recommandait d’éduquer nos enfants dans l’amour d’Allah(SWT) et de son Prophète Bien-Aimé(PSL) car au jour du jugement dernier on fera porter une couronne sur la tête de ses parents.Je souhaite beaucoup de courage aux nouveaux convertis car nul n’ignore que la voie que vous avez empruntée est parfois parsemée d’embûches mais accrochez-vous toujours et ne faiblissez jamais et soutenez vos frères et soeurs musulmans qui sont dans la souffrance,cela vous permettra de gagner la miséricorde d’Allah(SWT).Qu’Allah(SWT) continue à nous guider dans le droit chemin et nous efface nos péchés antérieurs , ceux que nous avons commis en secret ou en public.Il est notre Alim(Le Parfait connaisseur de toute chose).Que la religion de l’Islam soit répandue dans le monde entier car le Prophète Mouhammad(PSL) est la miséricorde par Excellence et qu’il a été envoyé à toute l’Humanité.Merci et à bientôt .Barrakallahu Fihi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *